Marie-Christine Buffat
La Toupie

Lucas est, depuis sa naissance, un enfant impossible. Agité, distrait, maladroit, c’est une véritable tornade qui fait éclater le cadre familial et scolaire.
Mais est-ce de sa faute?
La Toupie, c’est avant tout l’histoire d’une mère, de sa culpabilité face au comportement de son fils, qu’elle refuse d’admettre, avant d’y voir un problème d’éducation, de son soulagement lorsque son fils est déclaré malade, et enfin de son combat pour faire reconnaître et admettre sa maladie.
Ce texte, à la fois analytique et très littéraire, s’interroge sur l’éducation, la maladie, l’école et les méthodes d’enseignement qui restent muettes face à un enfant hyperactif. C’est aussi le procès d’une société qui préfère stigmatiser le malade plutôt que de comprendre la maladie.
Jamais pourtant ce texte ne tombe dans le pathos ou l’accablement.
Tissé d’une prose précise et sans artifice, entrecoupée de passages poétiques, qui prennent la forme de chansons enfantines ou de dialogues, ce texte est réellement somptueux. Il bouleverse le lecteur sans jamais tomber dans les métaphores surfaites ou dans les clichés.

Les péripéties d’un enfant hyperactif racontées par sa mère
 

Récit-témoignage | Education | ISBN 978-2-88892-120-2 | 13x20 cm., 128 p., CHF 28 | EUR 15