Isabelle Guisan
Les enfants de l’euro

«Bien avant que les Indignés n’occupent la Puerta del Sol, les jeunes Grecs manifestaient déjà leur colère contre la classe politique et l’obligation de choisir entre un avenir à 600 euros ou émigrer vers nulle part.
Nous sommes partis à leur rencontre dès le mois de février 2011 en nous laissant guider par l’actualité, par le hasard aussi, pour esquisser quelques portraits en textes et images. La Grèce parlait d’ériger un grillage sur le fleuve Evros qui la sépare de la Turquie ? Nous sommes allés voir sur place, dans la petite ville frontière d’Orestiada. Nous nous sommes rendus aussi à Xanthi et dans la vallée des Pomaks, en Thrace toujours, pour découvrir des jeunes appartenant à la minorité musulmane. Puis des Grecs et des enfants d’immigrés vivant sur deux Cyclades, Paros et Kéa. Enfin Athènes bien sûr. Sans oublier des jeunes Grecs venus étudier et travailler en Suisse...»
C’est ainsi qu’Isabelle Guisan introduit la démarche, à la fois spontanée et réfléchie, qui a présidé à l’élaboration de ce livre. Au fil de sa pérégrination avec deux jeunes photographes, on redécouvre une vérité première: une crise, c’est tout d’abord un ensemble de parcours humains. Hôtelière, chauffeur de taxi, militant homosexuel, insulaire, musicien, émigré: chacun de ces destins, magnifiquement dépeints par la parole et l’image, nous en dit plus long sur la réalité grecque d’aujourd’hui que toutes les analyses de presse.
Dans la lignée de
Arménie, ici je demeure, j’existe et de Une fois que tu es né, tu ne peux plus te cacher, le reportage primé sur les boat-people de Maria Pace Ottieri, les éditions Xenia proposent une nouvelle approche humaine et intimiste d’une grande crise de notre temps.


La réalité vécue de la crise grecque au travers de quatorze destinées
 

Beau livre | Actualité | ISBN 978-2-88892-144-8 | 16x22,6 cm., 128 p., CHF 29 | EUR 19

Parution le 23 novembre 2011