Simone Chevallier
Celle qui aima Jésus

Une redécouverte! Diffusé par le bouche-à-oreille, ce roman fut un grand succès des années 50. On y découvre une plume vibrante, avec un sens inouï de la poésie de la nature et une pénétration profonde de la psychologie mystique féminine.
La Magdeleine de Simone Chevallier ne doit rien à la réécriture de l’histoire. La trame de sa vie est conforme aux Evangiles et à la tradition. Mais à l’intérieur de cette trame éclate une personnalité inouïe, rayonnante. Egérie de Grecs et de Romains raffinés dans une société puritaine, Marie pèche non par bassesse, mais par élévation. Elévation des vues culturelles, élévation d’un coeur inassouvi. Ce coeur qui ne trouvera son apaisement que dans la rencontre avec le Christ...
Voici donc, sous la plume d’une poétesse moderne, une Magdeleine qui nous est proche, intime. Une figure déchirante de sensibilité et de délicatesse, dont le moindre mouvement de l’âme nous fait monter les larmes aux yeux.
Simone Chevallier nous a laissé un roman bouleversant, inoubliable, à mille lieues du conspirationnisme vulgaire qui entoure aujourd’hui la figure de «celle qui aima Jésus».
Avec une préface de Franz Weber, l’illustre écologiste, qui fut un ami proche de la romancière.

Celle qui aima Jésus
 

Roman | Littérature française | ISBN 2-88892-022-0 | 15x21 cm., 256 p. 17 € / CHF 33.-

«Je ne connais pas une personne qui ait lu Simone Chevallier sans l'adorer» — Jacques de Guillebon