Janus
Canines

Cela se passe dans un village tranquille des Alpes suisses recouvert d’un manteau de neige... et de silence.
Retrouvé blessé, dévêtu et inconscient à deux pas du chalet de ses parents, le petit Gianni n’est plus qu’une ombre survivant dans le coma. Qui a pu commettre un crime aussi monstrueux? Et pourquoi cet enfant, dès le début, a-t-il été si mal soigné?
L’enquête officielle sera un exemple de cafouillage et d’incurie. Elle finira par conclure à la culpabilité... du chien de la maison!
Pour Jack, détective privé en proie à une profonde crise existentielle, l’affaire Gianni deviendra une passion vitale, une véritable planche de salut. Il reprendra le dossier, posera les questions que le juge d’instruction s’est bien gardé de poser, poursuivra seul la vérité — ou son illusion — lorsque tout le monde autour de lui aura laissé tomber.
Plongée saisissante dans une obsession personnelle, ce récit fondé sur les faits réels rouvre, sur le mode de la fiction, un dossier que l’on a voulu trop hâtivement clore. Il dessine dans le drame et la conjuration l’image d’une “Suisse au-dessus de tout soupçon” encore bien plus sordide que celle que Jean Ziegler, jadis, avait dénoncée.
Qu’on lise donc Janus et qu’on le fasse avec plaisir, même si ce qu’il — ou elle — décrit donne froid dans le dos. Au bout de quelques pages, je ne pouvais plus m’arrêter. Le talent de l’auteur est remarquable.
(Charles Poncet)

Le calvaire d’un enfant sacrifié, ou le roman d’un crime parfait
 

Antipolar | Littérature française | ISBN 978-2-88892-103-5 | 15x21 cm., 192 p., CHF 29 | EUR 16