Nicolas Cacheux
La révolte des muets

Dans la veine du Quelqu’un d’autre de Benacquista, Quelqu’un d’autre, ce roman traite de l’aliénation au travers des vies de deux hommes, radicalement différents l’un de l’autre, mais qui sont animés par un même désir : celui de la liberté.
L’écriture profonde de Nicolas Cacheux nous plonge dans la psyché et dans les émotions de Homeg et de Niemand. Le premier, l’idéaliste qui choisit la voie de l’espoir et de la lumière, évolue pourtant dans l’ombre du second, sombre et dépressif. A eux deux, ils résument les tentations destructrices de nos sociétés postmodernes : terrorisme et dérive religieuse, voire sectaire.
La suite n’est qu’une question de choix : les uns, désespérés et déçus de leur routine quotidienne comme Niemand, commettront des actes irréparables jusqu’à effacer toute trace d’eux-mêmes par le suicide ; les autres, pieux et idéalistes comme Homeg, tenteront de trouver une voie alternative, en se retirant du monde ou en rêvant à une société différente. Le texte de Nicolas Cacheux ne nous livre aucune clé quant à la meilleure voie à emprunter. La mise en parallèle de ces deux destinées restreint la possibilité d’opter pour l’un des deux, bien qu’elle n’exclue pas l’empathie que peut ressentir le lecteur pour l’un ou l’autre de ces deux « muets ».
Car c’est bien ce que suggère le titre du roman,
La révolte des muets. Si ces hommes agissent comme ils l’ont fait, c’est bien parce qu’ils ne peuvent pas parler. Muselés, aucun des deux héros ne parvient à s’extirper de ses chaînes et à revendiquer sa liberté par la parole. Ne reste que la mort… ou la naissance.

A la source de la violence: l’impossibilité de dire...
 

Roman | Littérature contemporaine | ISBN 978-2-88892-121-9 | 13x20 cm., 128 p., CHF 20 | EUR 13

Ne manquez pas le vernissage du livre !

Hôtel Barcarolle, Prangins, le 1er juin 2012 à 19h